Publié par : urbancultureqc | octobre 13, 2009

Faux pas journalistique

Rue Ottawa, Montréal

Rue Ottawa, Montréal

Oui, je suis tombée dans le piège du blogue. J’ai créé une catégorie opinion…

Je sais que la plupart des gens qui tomberont sur cet article ne le liront pas jusqu’au bout. Je le rédige en toute conscience.

Est-ce que, parce que je veux devenir journaliste, je ne peux pas donner mon opinion? Est-ce que, parce que je veux devenir journaliste, je suis en contradiction avec l’idée même du blogue? N’est-ce pas un moyen pour moi de m’exprimer et d’être lue, seulement? Est-ce que je vais mettre de côté le vérifié et le vérifiable si je souhaite tenir un blogue détaillé? Les sources? Les fondements? Dois-je les soustraire? Pourquoi journalisme et blogue devraient être contradictoires?

Est-ce que je vais arrêter de dire ce que je pense parce que je veux devenir journaliste? N’est-ce pas une façon de se bâtir l’esprit que de discuter? Je ne souhaite pas tomber dans la sophistique ni dans la rhétorique. Je parle plutôt d’une façon d’apprendre dialectique, qui frôle la psychanalyse. D’une façon d’écrire bien et d’exercer mon écriture. D’une façon de rechercher des informations et d’exercer mes facultés de jugement, ainsi que les vôtres. Les miennes car j’essaie de juger de l’importance de ce que je publie ici, et les vôtres de juger de l’importance de ce que vous y lisez.

Ainsi, je donne mon opinion. Je crois formellement que tout ce qui est fait avec conscience est déjà un bon pas vers la vérité, l’absolu. Nous sommes corrompus à partir du moment où l’on croit, en toute subjectivité, que ce que l’on dit est la vérité et qu’on la diffuse à grande échelle. Nous sommes corrompus quand nous usons d’une subjectivité inavouée et malhonnête. Ce qu’on fait avec conscience est déjà un avancement.

Oui c’est vrai. Le blogue est clairement un outil facile pour dire n’importe quoi. Oui, il y en a qui le font. Accessible pour la personne qui s’exprime et accessible pour les lecteurs de toutes sortes. C’est ça, l’ère internet. Maintenant que nous sommes face au fait accompli (difficile à défaire, hein?), ne serait-ce pas notre attitude devant la chose qui devrait changer? Notre faculté de juger (merci Kant)? Notre approche ne devrait-elle pas être condamnable, plutôt que le blogue en soi? Est-ce que devant le risque de lire n’importe quoi, nous allons nous fermer les yeux face à l’opinion et la pensée au lieu d’en juger de façon critique?

Alors, développons notre esprit critique. Pas seulement par rapport à ce que disent et pensent les autres, mais aussi par rapport à ce qu’on pense nous-mêmes. Soyez critiques et autocritiques. Ne vous gênez pas pour vous remettre en question. Ne vous empêchez pas de lire ce que vous croyez mal jugé socialement. Non! Lisez tout! Il faut savoir reconnaître une aberration pour l’en juger ainsi.

Moi aussi, et je le sais (c’est déjà ça), j’en ai conscience (oui oui) : je parle parfois à travers mon chapeau, je dis n’importe quoi. Mais lorsque je reviens sur ce que j’ai déjà dit, écrit ou pensé, j’y réfléchis avec du recul. Et je me juge… et me critique… et j’apprends.

Ève

Publicités

Responses

  1. J’applaudis à deux mains ton article.
    Et que tout ceux qui prétendre le contraire aillent se faire foutre.
    Journalisme et blogue, ça peut aller ensemble, j’y crois aussi.
    Sinon j’en aurais pas un depuis aussi longtemps. 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :